Archives

© Photo : Lydia Belostyk

Auteur associé en 2024, Jérôme Game est invité à s’immerger dans l’univers des trois expositions annuelles et composer librement autour des œuvres selon son langage spécifique.

Jérôme Game est un poète et écrivain français auteur d’une vingtaine d’ouvrages (recueils, livres-CD de poésie sonore, roman, essais, DVD de vidéopoèmes, traductions, pièces de théâtre). Aussi présenté sous forme de performances, conférences ou installations sonores et visuelles (créations radiophoniques, spatialisations, expositions de vidéo- ou photopoèmes), son travail explore les formes de l’expérience contemporaine à l’intersection des mots, des sons, et des images. Correspondances entre pratiques, questionnements transfrontaliers, dispositifs partagés : c’est dans ces écarts que son écriture agit et s’ajuste, explorant la consistance du réel des corps, des événements et des récits, collectifs ou individuels, via celle des signes et leurs grammaires. Il collabore avec des artistes de la scène (Cyril Teste, David Wampach, Hubert Colas, Antoine Oppenheim et Sophie Cattani), de l’image (Valérie Kempeeners), et du son (DJ Chloé, Olivier Lamarche, Lutèce Lockness), et donne régulièrement des lectures publiques en France et à l’étranger. Parus dans de nombreuses revues, ses textes ont été traduits en anglais, chinois, italien, japonais, espagnol, néerlandais, et fait l’objet d’adaptations plastiques et scéniques.

Les résidences d’écriture sont organisées en partenariat avec l’Institut de Recherche en Langues et Littératures Européennes (ILLE) de l’Université de Haute-Alsace.

Aurora Király, "History, Pain, Dust", 2022 | photographie numérique © Aurora Király

Dans le cadre du programme Artists for Artists Residency (AFAR), La Kunsthalle et Motoco accueillent l’artiste Aurora Király à Mulhouse pour une période de trois mois.

Aurora Király est née en 1970 en Roumanie. Elle aborde le domaine de l’art contemporain sous différents angles : en tant qu’artiste, initiatrice de projets culturels et enseignante.
L’artiste travaille à l’intersection de la photographie et de l’art textile, du dessin ou des installations, en explorant la manière dont l’esprit enregistre, revit, se souvient. Elle s’intéresse particulièrement à l’exploration des théories féministes en relation avec la construction de l’identité et le statut des femmes dans la société. Son travail porte sur les liens complexes entre les événements, la sphère publique et la sphère privée de l’expérience.
Au cours des années 1990 et 2000, ses projets ont exploré la capacité de la photographie à enregistrer le quotidien, en combinant des fragments autoréférentiels avec des aspects documentaires de la vie de tous les jours. Les images autoréflexives ont fourni un point de départ intéressant pour d’autres installations incluant l’assemblage, le texte, les textiles et même la peinture. Ses travaux les plus récents interrogent les sources d’inspiration artistique en fonction du contexte, de l’histoire récente ainsi que des références dans l’histoire de l’art sur le statut des femmes artistes.
Entre 2001 et 2009, Aurora Király a dirigé la Galeria Nouă, l’un des espaces d’art les plus importants pour la photographie en Roumanie. Depuis 2007, elle enseigne au département de photographie et d’image dynamique de l’université nationale des arts de Bucarest. Ces deux rôles ont nourri son processus artistique axé sur la mémoire et le processus de photographie, soutenant activement ses pairs et les travailleurs culturels de la scène artistique émergente de la photographie en Roumanie par le biais d’expositions, de publications et d’interventions artistiques.

Artists for Artists Residencies (AFAR), est un programme de résidences axé sur l’art textile et le travail avec des matériaux naturels et durables, en utilisant des techniques traditionnelles et des matériaux recyclés. Il vise à améliorer la mobilité des artistes visuels contemporains et des conservateurs dans quatre régions européennes partenaires – Roumanie, Allemagne, Croatie et Autriche.
Financé par l’Union Européenne*, le projet est dirigé par l’Association roumaine pour l’art contemporain (ARAC), en partenariat avec le réseau du Goethe Institut, l’Association croate des Beaux-Arts et le Kunstlerhaüs de Vienne.

* Les points de vue et les opinions exprimés sont toutefois ceux des auteurs et ne reflètent pas nécessairement ceux de l’Union européenne et ne sauraient engager la responsabilité de l’Union européenne ou de l’autorité qui l’a octroyé.


ENG

As part of the Artists for Artists Residency (AFAR) program, La Kunsthalle and Motoco welcome artist Aurora Király to Mulhouse for a three-month period.

Aurora Király (b. 1970, Romania) approaches the contemporary art field from different perspectives: as an artist, initiator of cultural projects, educator.
She is working at the intersection of photography with textile art, drawing or installations, exploring how the mind records, relives, remembers. She is particularly interested in exploring feminist theories in relation with identity-making and the status of women in society. Her works relates to complex connections between events, public and private sphere of experience.
During the 1990s and the 2000s, her projects explored the capacity of photography to record the quotidian, by combining auto-referential fragments with documentary aspects of day-to-day life. The self-reflecting images have provided an interesting point of departure for further installations that included assemblage, text, textiles, and even painting. Her most recent works question the sources or artistic inspiration depending on the context, the recent history as well as the references in art history of the status of women artists.
Between 2001-2009 Aurora Király ran one of the most significant art-spaces for photography in Romania, Galeria Nouă and since 2007 she has been teaching at the department of Photography and Dynamic Image, at the Bucharest National University of Arts. Both roles have informed her artistic process focused on memory and the process of photography, actively supporting her peers and cultural workers in the emergent photography art scene in Romania through exhibitions, publications and artistic interventions.

Sara Grandi, "Coltura", 2018 | Vue d'installation à l'Academia di Belle Arti di Carrara

Dans le cadre du programme Le Nouveau Grand Tour, La Kunsthalle et Motoco accueillent l’artiste Sara Grandi à Mulhouse pour une période de deux mois.

Sara Grandi (Varese, 1995) vit et travaille à Carrare, Italie. Elle est diplômée d’une licence et d’une maîtrise d’Art option sculpture à l’École des beaux-arts de Carrare. Dans son travail, elle étudie l’aspect transversal de la dichotomie entre le naturel et l’artificiel : des branches qui ressemblent à des os humains, des tentatives de maintenir en vie des substances organiques destinées à la dissolution, la coexistence de langages naturels et artificiels. En 2023, elle a participé́ à la 12e édition du prix Fabbri (TV) et à la résidence artistique Falìa (BS). En 2022, elle a exposé à Forme nel Verde (SI).
Les recherches de Sara Grandi s’axent principalement autour du thème de la métamorphose. Elle crée des formes hybrides avec des éléments provenant de contextes différents. Elle met en regard le mode précis et systématique de production en série des machines et celui plus instinctif et manuel de l’homme incapable de perfection, qui produit souvent de l’erreur, du défaut, du gaspillage et donc de l’imperfection. Ce phénomène présent dans tous les aspects de la vie est à l’origine de l’adaptation, de la mutation et de la survie de tout organisme et être vivant.

Le Nouveau Grand Tour est organisé par l’Institut Culturel italien de de Paris, avec le soutien financier du Ministère de la Cuture italien.


ENG

As part of the Le Nouveau Grand Tour program, La Kunsthalle and Motoco welcome artist Sara Grandi to Mulhouse for a two-month period.

Sara Grandi (Varese,1995) lives and works in Carrara. She graduates both Bachelor and
Master degree in sculpture at the Academy of Fine Arts of Carrara, Italy. Her work
focuses to crosswise aspect of dichotomy between natural and artificial: branches that
seem human bones; trying to keep alive an organic substance; natural and artificial as
coexisting languages. In 2023 Sara participates at the 12th Edition of Fondazione Fabbri
Prize (TV) and Falìa Residency (BS). In 2022 she exposes at Forme Nel Verde (SI) and she
works as assistant of Giulia Cenci.
Sara Grandi’s research revolves around the theme of metamorphosis. She creates hybrid forms using elements from different contexts. She contrasts the precise, systematic mode of serial production of machines with the more instinctive, manual mode of man, unable to perfection, which often produces error, defect, waste and therefore imperfection. This phenomenon, settled in every aspects of life, is the origin of the adaptation, mutation and survival of any organism and living being.