Archives

[English and German below]

L’œuvre de Maarten Vanden Eynde interroge les liens étroits qui existent entre le modèle de croissance économique et le déclin de la Terre.

Après l’exposition au Mu.ZEE d’Ostende en 2021, Exhumer le futur à La Kunsthalle Mulhouse est la deuxième rétrospective de Maarten Vanden Eynde tirée d’un livre éponyme* qui contextualise son travail et retrace 20 années d’une recherche persévérante, toujours active.
Par une fine observation de l’essor industriel et de la mondialisation croissante, Maarten Vanden Eynde confronte l’idée de progrès à l’épuisement des ressources terrestres. Que léguons-nous au futur ?
À Mulhouse, une sélection de ses œuvres répertoriées s’organise autour de la question industrielle, celle des processus de production, de la transformation des matières premières et des produits.

Commissariat d’exposition : Katerina Gregos et Sandrine Wymann.

* A Mulhouse, pendant la durée de l’exposition, le catalogue sera disponible à La Kunsthalle ainsi qu’aux librairies indépendantes 47°Nord et Bisey .

Maarten Vanden Eynde est un artiste visuel basé à Bruxelles, en Belgique, et à Saint-Mihiel, en France. Il est diplômé en 2000 de la Gerrit Rietveld Academie à Amsterdam aux Pays-Bas, et il a également étudié aux États-Unis en 2006, à l’école expérimentale MSA^ Mountain School of Arts à Los Angeles. En 2009, il achève des études de cycle supérieur auprès du Hoger Instituut voor Schone Kunsten (Institut supérieur des beaux-arts) à Gand en Belgique, où il est actuellement un tuteur invité régulier. Depuis 2020, il est doctorant à l’Université de Bergen en Norvège, se concentrant sur l’histoire et l’évolution des dispositifs de mémoire externe. En 2017, il est nominé pour le premier Belgian Art Prize et remporte le prix du public.
En 2005, avec Marjolijn Dijkman, il a fondé Enough Room for Space, une initiative artistique interdépendante qui initie et coordonne des événements, des résidences, des projets de recherche et des expositions dans le monde entier. Parmi ses expositions récentes, citons : Mu. ZEE, Ostende, BE (2021) ; Beaufort 21 Triennial, BE (2021) ; Z33 House for Contemporary Art, Design & Architecture, Hasselt, BE (2020) ; Museum Morsbroich, Leverkusen, DE (2020) ; Tallinn Photomonth – Contemporary Art Biennial, EE (2019) ; 6ème Biennale de Lubumbashi, RDC (2019) ; RIBOCA/Riga International Biennial of Contemporary Art, Riga, LV (2018) ; Belgian Art Prize 2017, Bozar, Bruxelles, BE (2017) ; 2050. A Brief History of the Future au National Museum of Fine Arts, Taichung, TW (2018), Palazzo Reale, Milan, IT (2016) et The Royal Museums of Fine Art, Bruxelles, BE (2015) ; Realitiés Filantes, 4ème Biennale de Lubumbashi, CD (2015) ; Beyond Earth Art au Johnson Museum of Art, Ithaca, US (2014) ; Ja Natuurlijk, Gemeentemuseum Den Haag, NL (2013) ; The Deep of the Modern, Manifesta9, Genk, BE (2012) ; The Museum of Forgotten History, M HKA, Antwerp, BE (2012) et Dublin Contemporary à Dublin, IR (2011). Maarten Vanden Eynde est représenté par la galerie Meessen De Clercq à Bruxelles, Belgique, et la galerie NOME à Berlin, Allemagne.

Mu.ZEE, Ostende (Belgique/Belgium) est partenaire de l’exposition et a présenté le premier volet de / is a partner of the exhibition and presented the first part of  « Exhumer le futur » du 04 septembre 2021 au 16 janvier 2022.
L’exposition bénéficie du généreux soutien de / the exhibition is produced with the support of  Flanders State of the Art, DMC et Prevel Signalisation.

          


[Eng]
After the exhibition at the Mu.ZEE in Ostend in 2021, Exhumer le futur (Digging up the Future) at La Kunsthalle Mulhouse is the second exhibition of Maarten Vanden Eynde‘s work, based on the book of the same name that contextualizes his work and retraces 20 years of persevering research, still active.
Through a close observation of the industrial boom and increasing globalization, Maarten Vanden Eynde confronts the idea of progress with the depletion of the earth’s resources. What are we leaving to the future?
In Mulhouse, a selection of his listed works is organized around the industrial question, that of production processes, the transformation of raw materials and products.

Curators: Katerina Gregos et Sandrine Wymann

Maarten Vanden Eynde is a visual artist based in Brussels, Belgium and Saint-Mihiel, France. He graduated in 2000 from the Gerrit Rietveld Academy in Amsterdam, The Netherlands, attended the experimental MSA^ Mountain School of Arts in Los Angeles, USA in 2006 and finished a postgraduate course in 2009 at the Higher Institute for Fine Arts in Ghent, Belgium where he is currently a regular guest tutor. Since 2020 he has been a PhD candidate at the University of Bergen in Norway, focusing on the history and evolution of external memory devices. In 2017 he was nominated for the first Belgian Art Prize and won the Public Prize. In 2005, together with Marjolijn Dijkman, he founded Enough Room for Space, an interdependent art initiative that develops and coordinates events, residencies, research projects and exhibitions worldwide. Recent exhibitions include: Mu.ZEE, Ostend, BE (2021); Beaufort 21 Triennial, BE (2021); Z33 House for Contemporary Art, Design & Architecture, Hasselt, BE (2020); Museum Morsbroich, Leverkusen, DE (2020); Tallinn Photomonth – Contemporary Art Biennial, EE (2019); 6th Lubumbashi Biennale, DRC (2019); RIBOCA/Riga International Biennial of Contemporary Art, Riga, LV (2018); Belgian Art Prize 2017, Bozar, Brussels, BE (2017); 2050. A Brief History of the Future at National Museum of Fine Arts, Taichung, TW (2018), Palazzo Reale, Milan, IT (2016) and The Royal Museums of Fine Art, Brussels, BE (2015); Realitiés Filantes, 4th Biennale de Lubumbashi, CD (2015); Beyond Earth Art at Johnson Museum of Art, Ithaca, US (2014); Ja Natuurlijk, Gemeentemuseum Den Haag, NL (2013); The Deep of the Modern, Manifesta9, Genk, BE (2012); The Museum of Forgotten History, M HKA, Antwerp, BE (2012) and Dublin Contemporary in Dublin, IR (2011). Vanden Eynde is represented by Meessen De Clercq gallery in Brussels, Belgium, and NOME gallery in Berlin, Germany.


[De]
Nach der Ausstellung im Mu.ZEE in Ostende im Jahr 2021 ist Exhumer le futur („Die Zukunft ausgraben“) in La Kunsthalle Mulhouse die zweite Retrospektive von Maarten Vanden Eynde. Die Ausstellung geht aus dem gleichnamigen Buch hervor, das seine Arbeit kontextualisiert und 20 Jahre einer beharrlichen, immer noch aktiven Suche nachzeichnet.
Durch eine genaue Beobachtung des industriellen Aufschwungs und der zunehmenden Globalisierung konfrontiert Maarten Vanden Eynde die Idee des Fortschritts mit dem Ressourcenschwund der Erde. Was hinterlassen wir der Zukunft?
In Mühlhausen dreht sich die Auswahl seiner aufgelisteten Werke um das Thema Industrie, um Produktionsprozesse, die Umwandlung von Rohstoffen und Produkten.

Kuratorinnen: Katerina Gregos und Sandrine Wymann

Maarten Vanden Eynde ist ein bildender Künstler mit Wohnsitz in Brüssel/ Belgien und Saint-Mihiel/ Frankreich. Er machte 2000 seinen Abschluss an der Gerrit Rietveld Academie in Amsterdam/Niederlande, und studierte 2006 in den USA an der experimentellen MSA^ Mountain School of Arts in Los Angeles. 2009 schloss er ein Graduiertenstudium am Hoger Instituut voor Schone Kunsten (Hochschule für Schöne Künste) in Gent/ Belgien, ab, wo er derzeit regelmäßig als Gasttutor tätig ist. Seit 2020 ist er Doktorand an der Universität Bergen/ Norwegen und konzentriert sich auf die Geschichte und Entwicklung der externer Erinnerungsprozesse. Im Jahr 2017 wurde er für den ersten Belgian Art Prize nominiert und gewann den Publikumspreis.
Im Jahr 2005 gründete er zusammen mit Marjolijn Dijkman Enough Room for Space, eine unabhängige Kunstinitiative, die weltweit Veranstaltungen, Künstlerresidenzen, Forschungsprojekte und Ausstellungen initiiert und koordiniert. Zu seinen jüngsten Ausstellungen gehören: Mu. ZEE, Ostende, BE (2021); Beaufort 21 Triennale, BE (2021); Z33 House for Contemporary Art, Design & Architecture, Hasselt, BE (2020); Museum Morsbroich, Leverkusen, DE (2020); Tallinn Photomonth – Contemporary Art Biennale, EE (2019); 6. Biennale von Lubumbashi, DRK (2019); RIBOCA/Riga International Biennale of Contemporary Art, Riga, LV (2018); Belgian Art Prize 2017, Bozar, Brüssel, BE (2017); 2050. A Brief History of the Future im National Museum of Fine Arts, Taichung, TW (2018), im Palazzo Reale, Mailand, IT (2016) und im Royal Museums of Fine Art, Brüssel, BE (2015); Realitiés Filantes, 4. Biennale von Lubumbashi, DRK (2015) ; Beyond Earth Art im JohnsonMuseum of Art, Ithaca, USA (2014); Ja Natuurlijk, Gemeentemuseum Den Haag, NL (2013); The Deep of the Modern, Manifesta9, Genk, BE (2012); The Museum of Forgotten History, M HKA, Antwerpen, BE (2012) und Dublin Contemporary in Dublin, IR (2011). Maarten Vanden Eynde wird von der Galerie Meessen De Clercq in Brüssel/ Belgien, und der Galerie NOME in Berlin/ Deutschland, vertreten.

© Dominique Stutz

Cet été, autour de l’exposition Exhumer le futur, La Kunsthalle propose les ateliers Reconstitutions et récits imaginaires menés par des artistes.

Les ateliers interrogent les participants sur la place laissée à l’imaginaire dans l’interprétation d’un vestige.
Reconstituer une œuvre ou un objet c’est d’abord s’appuyer sur des connaissances du sujet, de son contexte, de son usage, mais c’est aussi laisser libre court à beaucoup d’imagination.
Dès lors que la reconstitution ne s’inscrit pas dans un contexte scientifique cette imagination peut être débordante et donner naissance à des objets fous et débridés.
C’est ce plaisir de la reconstruction et de la réinterprétation que les participants aux ateliers seront invités à découvrir en partant de vestiges contemporains. Ils prendront ainsi la place des archéologues du futur et inventeront une histoire des objets et de leurs usages au 21ème siècle.
L’atelier « Vestiges céramiques » est mené par l’artiste Dominique Stutz et accueille les jeunes de 7 à 12 ans.

Gratuit. Inscription obligatoire pour la semaine (tous les matins de 9h à 12h) au 03 69 77 66 47 / kunsthalle@mulhouse.fr

"Jardin imaginaire" © Aurélien Finance

Cet été, autour de l’exposition Exhumer le futur, La Kunsthalle propose les ateliers Reconstitutions et récits imaginaires menés par des artistes.

Les ateliers interrogent les participants sur la place laissée à l’imaginaire dans l’interprétation d’un vestige.
Reconstituer une œuvre ou un objet c’est d’abord s’appuyer sur des connaissances du sujet, de son contexte, de son usage, mais c’est aussi laisser libre court à beaucoup d’imagination.
Dès lors que la reconstitution ne s’inscrit pas dans un contexte scientifique cette imagination peut être débordante et donner naissance à des objets fous et débridés.
C’est ce plaisir de la reconstruction et de la réinterprétation que les participants aux ateliers seront invités à découvrir en partant de vestiges contemporains. Ils prendront ainsi la place des archéologues du futur et inventeront une histoire des objets et de leurs usages au 21ème siècle.
L’atelier « Vestiges textiles » est mené par les artistes Aurélien Finance et Ivette Olmedo et accueille les publics de tout âge à partir de 7 ans.

Gratuit. Inscription obligatoire pour la journée (de 10h à 12h et de 14h à 17h), possibilité de pique-niquer sur place) au 03 69 77 66 47 / kunsthalle@mulhouse.fr

"Jardin imaginaire" © Aurélien Finance

Cet été, autour de l’exposition Exhumer le futur, La Kunsthalle propose les ateliers Reconstitutions et récits imaginaires menés par des artistes.

Les ateliers interrogent les participants sur la place laissée à l’imaginaire dans l’interprétation d’un vestige.
Reconstituer une œuvre ou un objet c’est d’abord s’appuyer sur des connaissances du sujet, de son contexte, de son usage, mais c’est aussi laisser libre court à beaucoup d’imagination.
Dès lors que la reconstitution ne s’inscrit pas dans un contexte scientifique cette imagination peut être débordante et donner naissance à des objets fous et débridés.
C’est ce plaisir de la reconstruction et de la réinterprétation que les participants aux ateliers seront invités à découvrir en partant de vestiges contemporains. Ils prendront ainsi la place des archéologues du futur et inventeront une histoire des objets et de leurs usages au 21ème siècle.
Du mardi 16 au vendredi 19 août, l’atelier « Vestiges textiles » est mené par l’artiste Aurélien Finance et accueille les jeunes de 7 à 12 ans.

Gratuit. Inscription obligatoire pour les quatre jours (tous les matins de 9h à 12h) au 03 69 77 66 47 / kunsthalle@mulhouse.fr

Cet été, autour de l’exposition Exhumer le futur, La Kunsthalle propose les ateliers Reconstitutions et récits imaginaires menés par des artistes.

Les ateliers interrogent les participants sur la place laissée à l’imaginaire dans l’interprétation d’un vestige.
Reconstituer une œuvre ou un objet c’est d’abord s’appuyer sur des connaissances du sujet, de son contexte, de son usage, mais c’est aussi laisser libre court à beaucoup d’imagination.
Dès lors que la reconstitution ne s’inscrit pas dans un contexte scientifique cette imagination peut être débordante et donner naissance à des objets fous et débridés.
C’est ce plaisir de la reconstruction et de la réinterprétation que les participants aux ateliers seront invités à découvrir en partant de vestiges contemporains. Ils prendront ainsi la place des archéologues du futur et inventeront une histoire des objets et de leurs usages au 21ème siècle.
Du lundi 22 au vendredi 26 août, l’atelier « Vestiges plastiques » est mené par l’artiste Simon Burkhalter et accueille les jeunes de 7 à 12 ans.

Gratuit. Inscription obligatoire pour la semaine (tous les matins de 9h à 12h) au 03 69 77 66 47 / kunsthalle@mulhouse.fr

Tashi Dorji © photo : Mike Belleme

La Kunsthalle accueille un concert solo du guitariste Tashi Dorji dans le hall de la Fonderie, suivi d’une visite commentée de l’exposition Exhumer le futur avec une médiatrice du centre d’art.

Le guitariste Tashi Dorji a grandi au Bhoutan, en Asie du Sud et s’installe en 2000 en Caroline du Nord. Peu de temps après, il tombe dans une communauté de punks anarchistes, et si la musique qu’il joue a changé depuis, l’utilisation qu’il en fait pour exprimer un sentiment anti-hiérarchique et anticapitaliste, elle, n’a pas changé. On l’a récemment entendu aux côtés des saxophonistes Dave Rempis ou Mette Rasmussen. Et s’il sait aussi jouer une musique électrique flamboyante, c’est en acoustique qu’il s’exprime le plus actuellement, dans une veine qui fait parfois songer à Derek Bailey ou John Fahey, mais qui dans l’esprit ressemble toujours plus à du punk rock qu’à une étude de technique étendue !

Entrée libre et gratuite.

Organisé dans le cadre du Festival MÉTÉO, à Mulhouse du 23 au 27 août 2022.

Pendant la pause méridienne, La Kunsthalle propose une visite commentée de l’exposition Exhumer le futur de Maarten Vanden Eynde, suivie d’un déjeuner concocté par Épices pour poursuivre les échanges en toute convivialité.

Menu non végétarien.
Participation au repas 10€, sur inscription au 03 69 77 66 47 / kunsthalle@mulhouse.fr

En partenariat avec l’association Épices.

© Clara Valdes et Jane Bidet

Giga Dinette – nom féminin –

Moment de rencontre entre art, artisanat, boisson, braderie, conversation, couleur éclatante, fleur, gastronomie, localité, musique, passer, repas, rêverie, repasser.

Ce projet de Banquet/Braderie est mené par Clara Valdes et Jane Bidet, deux étudiantes en master en Art/design à la Haute École des Arts du Rhin.

La Giga Dinette invite le public à participer à un moment entre enfance et âge adulte, à faire semblant, à jouer et surtout à partager un repas servi dans une vaisselle qui sera acquise par chaque convive à l’issue des dégustations.
Chaque participant chine son mets et sa vaisselle.
Chaque objet présenté est bradé.
Autour de la table, il y aura des céramiques, des fleurs, du vin, de la musique.

Le repas est imaginé sur le thème des fleurs par Candice Chemel, designer gastronome.

La performance, en entrée libre, se déroulera de 11:00 à 15:00.

L’événement est organisé dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine.

© Olivier Arnold, juin 2022

Dans le cadre de sa résidence, Elise Alloin, chercheure par l’art associée à La Kunsthalle et au CRESAT mène des projets avec les publics.
Celui réalisé avec les élèves de 4ème, membres du Ciné-Club du Collège Wolf de Mulhouse, sous la direction de l’enseignant et réalisateur Olivier Arnold, a donné naissance à un court métrage mettant en scène leur rapport à la radioactivité.
Se déroulant en 2032, le film invoque l’engagement citoyen avec un scénario dystopique qui présente un monde dans lequel le danger radioactif est omniprésent, contraignant les humains à vivre au rythme des alertes. Pour ces enfants « d’aujourd’hui » pour qui la situation n’est qu’un état de fait qu’ils n’interrogent pas, la situation va évoluer suite au témoignage intrigant du grand-père (joué par Patrick Préjean) de l’un d’entre eux…

La projection sera suivie d’un temps d’échange avec les élèves, Elise Alloin et les géographes Teva Meyer et Brice Martin du CRESAT.

Entrée libre et gratuite

La résidence de recherche, en partenariat avec le Centre de Recherche sur les Économies, les Sociétés, les Arts et les Techniques de l’Université de Haute-Alsace, est réalisée avec le soutien financier de la Région Grand Est et le soutien de la Fondation Daniel et Nina Carasso, sous l’égide de la Fondation de France.

© Dominique Stutz

Visite/atelier proposée aux enfants accompagnés de leurs parents à partir de 6 ans.

Le rendez-vous propose de découvrir en famille, par le jeu et l’expérimentation, des œuvres et une exposition temporaire. Avec la complicité de Dominique Stutz, céramiste, les jeunes et leurs parents réalisent une création individuelle ou collective qui fait écho à ce qu’ils découvrent dans l’exposition Exhumer le futur.

Gratuit, sur réservation (places limitées) à kunsthalle@mulhouse.fr / 03 69 77 66 47

Visite/atelier proposée aux enfants accompagnés de leurs parents à partir de 6 ans.

Le rendez-vous propose de découvrir en famille, par le jeu et l’expérimentation, des œuvres et une exposition temporaire. Avec la complicité de Simon Burkhalter, designer, les jeunes et leurs parents réalisent une création individuelle ou collective qui fait écho à ce qu’ils découvrent dans l’exposition Exhumer le futur.

Gratuit, sur réservation (places limitées) à kunsthalle@mulhouse.fr / 03 69 77 66 47

Verres conçus pour Millésimes contrôlés, 2021 © photo : David Betzinger

Activation du protocole de dégustation de vins imaginé par Elise Alloin, chercheure par l’art associée à La Kunsthalle et au CRESAT, autour de la nucléarité du monde.

Les verres et socles Millésimes contrôlés ont été originellement conçus pour le Banquet Sus Scrofa fessenhensis. L’œuvre s’est dissociée de la performance pour devenir un protocole autonome de dégustation de vins issus de vignobles voisins de centrales nucléaires.
Composé d’un ensemble de verres incrustés d’ouraline* reposant chacun sur un socle de béton, Millésimes contrôlés s’active à l’occasion d’une dégustation de vins produits à proximité d’une centrale nucléaire : les vignes et les centrales sont souvent installées près de l’eau, elles cohabitent alors dans des zones proches.

Événement réalisé en partenariat avec Nicolas Jeangeorge de la Fédération Culturelle des Vins de France.
La réalisation de cette œuvre a été possible grâce à la participation du Centre International d’Art Verrier de Meisenthal, de Woodifull et du FabLab Lab’hidouille.

Gratuit ?, sur réservation obligatoire au 03 69 77 66 47 / kunsthalle@mulhouse.fr

* ouraline : verre enrichi à l’uranium, longtemps utilisé pour la fabrication de services de vaisselle. Cette matière a la caractéristique de devenir fluorescente lorsqu’elle est exposée à la lumière ultraviolette

La résidence de recherche, en partenariat avec le Centre de Recherche sur les Économies, les Sociétés, les Arts et les Techniques de l’Université de Haute-Alsace, est réalisée avec le soutien financier de la Région Grand Est et le soutien de la Fondation Daniel et Nina Carasso, sous l’égide de la Fondation de France.

Ateliers à la semaine, pour les 7 – 12 ans
Les KUNSTKIDS proposent de découvrir, par le jeu et l’expérimentation, des œuvres et une exposition temporaire.

Avec la complicité de Simon Burkhalter, designer, les jeunes se familiarisent au monde de l’art contemporain en réalisant une création individuelle ou collective qui fait écho à ce qu’ils découvrent dans l’exposition Exhumer le futur.
Une belle occasion d’imaginer et de s’exprimer à travers des approches et des techniques variées.

Gratuit, sur inscription au 03 69 77 66 47 / kunsthalle@mulhouse.fr.