Elise Alloin, "Plan de table" (détail), 2021

Sus scrofa ante-fessenhensis est une œuvre qui explore le territoire de la centrale nucléaire de Fessenheim en convoquant, telle une figure tutélaire, le sanglier de Fessenheim.
Le banquet, premier volet de l’œuvre triptyque, rassemblera des convives autour d’une dégustation de la chair de l’animal.

Elise Alloin explore depuis une dizaine d’années notre relation à la radioactivité par une approche artistique ; cet élément invisible modèle aujourd’hui nos paysages et nos territoires, nos relations politiques et sociales, nos circulations et nos gestes, notre rapport au temps et à l’espace… Demain Fessenheim, est le projet global des recherches de l’artiste dans le cadre de sa résidence de recherche au centre d’art contemporain de Mulhouse et au CRESAT de l’Université de Haute-Alsace.

Dans l’enceinte de protection de la centrale nucléaire des sangliers vivent en autarcie depuis plus de 40 ans; ils représentent aujourd’hui selon Elise Alloin les spécimens d’une sous-espèce, le Sus scrofa fessenhensis. Envisageant les sangliers extérieurs comme leurs « ancêtres », elle interroge le statut et le devenir de ces animaux face à la fermeture de la centrale et du futur de ce territoire.

Le banquet, repas partagé, est conçu comme une performance participative rassemblant 80 convives.

 

Le projet est réalisé en partenariat avec le chef Marc Haeberlin de l’Auberge de l’Ill, l’association Epices, le céramiste Giom von Birgitta, le Centre International d’Art Verrier de Meisenthal, l’artisan boucher Michel Herrscher, le vigneron Franz Keller, le louvetier Arnaud Vlym et  Printcubator.net .

La résidence d’Elise Alloin bénéficie du soutien financier de la Région Grand Est.